Comment le médecin diagnostique-t-il un rétrécissement urétral ?

Publié le : 08 juin 20223 mins de lecture

Le médecin dispose de différentes méthodes de diagnostic pour détecter un rétrécissement urétral. En outre, les analyses d’urine et de sang sont importantes pour détecter les infections des voies urinaires ou les lésions rénales et pour évaluer l’ampleur des éventuels effets tardifs.

Mesure du jet d’urine

L’examen de la pression et du débit du jet d’urine pendant la miction (mesure de l’uroflow) est déterminant pour le diagnostic de la sténose urétrale.

Les résultats de l’examen permettent de tirer des conclusions sur la cause des symptômes, par exemple, un rétrécissement urétral ou une hypertrophie bénigne de la prostate.

En cas de sténose urétrale, le jet d’urine est toujours aussi faible lors de cet examen.

Examen par ultrasons (sonographie)

Lors d’une échographie, le médecin vérifie si de l’urine reste dans la vessie après avoir uriné (urine résiduelle).

Il peut également déterminer la quantité d’urine laissée derrière lui.

En outre, il déterminera s’il y a des changements visibles dans l’urètre et la vessie.

Il peut y avoir un épaississement du muscle vésical (hypertrophie de la paroi vésicale). Un examinateur qualifié peut également utiliser l’échographie pour évaluer directement l’urètre et voir toute constriction.

Examens radiologiques

Si les examens initiaux ont confirmé la suspicion de sténose urétrale, des radiographies suivent généralement.

Le médecin insère un produit de contraste radiologique dans l’urètre depuis l’extérieur (uréthrographie rétrograde). Les cavités de la vessie et de l’urètre sont ainsi visibles.

Grâce à cet examen, le médecin peut déterminer l’étendue de la sténose urétrale et sa longueur.

Certains changements sont influencés par la pression dans la vessie, par exemple, l’ampleur de la dilatation urétrale devant la constriction.

Ces changements ne sont souvent pas visibles sur une uréthrographie rétrograde.

Les radiographies qui montrent la vessie et l’urètre pendant la miction (cysturéthrogramme mictionnel) sont donc plus informatives.

Ces images dynamiques (en mouvement) sont principalement utilisées pour la planification des opérations.

Cystoscopie

Au cours d’une endoscopie de la vessie et de l’urètre, le médecin a une vue directe de la constriction, via un tube très fin, l’endoscope.

Il est inséré dans l’urètre sous anesthésie locale (uréthroscopie flexible).

Cette procédure n’est généralement nécessaire que si les autres méthodes d’examen non invasives n’apportent pas de résultat clair.

 

Plan du site